Gerberoy 2010 - Lycée Jean-Baptiste Corot de DOUAI

Aller au contenu

Menu principal :

Gerberoy 2010

Vivre au lycée > L’association des anciennes élèves > Sorties culturelles

BALADE EN BEAUVAISIS

 

L’association nous avait donné rendez-vous le dimanche 6 Juin à 7H.30 place du Barlet pour partir à la découverte d’un des plus beaux  villages de France : GERBEROY situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de BEAUVAIS (Oise)

Les prévisions météorologiques  annonçaient une journée orageuse et maussade. En fait et mises à part les trombes d’eau rencontrées sur l’autoroute peu après AMIENS, la journée fut dans son ensemble ensoleillée et très agréable.
Arrivés à BEAUVAIS peu avant 10 H., notre première visite fut pour la cathédrale St-Pierre où notre guide, une jeune femme dynamique et compétente, missionnée pour la journée, nous  attendait. En moins d’une heure, elle nous fit l’historique de cette cathédrale construite à l’époque de St-Louis et qui eut notamment pour évêque celui qui condamna Jeanne d’Arc au bûcher ; l’évêque Cauchon de sinistre mémoire.  Elle rappela notamment   l’incendie survenu en 1225,  les 46 années nécessaires pour élever le chœur,  la très longue période de malchance qui entraîna des effondrements, de coûteuses et longues réparations, et la guerre de cent ans  qui engendra d’importants retards dans la reconstruction.   

Puis ce fut à quelques pas de là, la visite extérieure du palais épiscopal. Un très beau monument de style renaissance aujourd’hui transformé en musée.  Comme notre guide le répéta souvent, l’évêque  était en même temps le comte ; Il cumulait le pouvoir clérical et le pouvoir administratif ce qui lui permettait de percevoir les impôts de part et d’autre au grand dam des Beauvaisiens.  
Une petite marche de quelques minutes nous amena devant l’église St-Etienne et son charmant jardin puis sur la grande place du marché où une statue en bronze de Jeanne Laisné dit « Jeanne Hachette »  nous rappelle qu’en 1472,  avec l’aide des femmes de la ville, elle s’empara de l’étendard des Bourguignons  et repoussa les assaillants.

Vers midi, il était temps de rejoindre l’autocar pour nous emmener à GERBEROY et au restaurant « Le vieux logis » avec sa vieille façade à colombages. Un bon menu normand nous y attendait.

L’après-midi fut consacrée à la découverte de ce village considéré comme l’un des plus beaux de France.  Situé au centre d’un triangle formé par les villes de Beauvais, Rouen et Amiens,  il a la particularité de culminer à 188 mètres. Plusieurs rois de France lui ont rendu visite dont Philippe Auguste en 1202 qui lui décerna le titre de « ville ».

En cheminant parmi les vieilles ruelles pavées, les maisons du XVIIe et XVIIIe siècles en bois et en torchis, les façades recouvertes de magnifiques rosiers grimpants, nous découvrons GERBEROY et sa douceur de vivre incomparable.  Notre guide nous montre au passage la propriété du peintre Henri LE SIDANER en nous rappelant qu’il fit l’acquisition de cette maison  sur les conseils de ses amis Auguste Rodin et Auguste Delaherche, grand céramiste Beauvaisien, redonnant ainsi vie à cette cité moyenâgeuse tombée dans l’oubli.  Arrivés en haut de la butte, nous découvrons la Collégiale St-Pierre qui jouxtait le château aujourd’hui disparu. Construite en 1015, brûlée en 1419, reconstruite de 1451 à 1468. Ce sont les ruines de l’ancienne forteresse qu’ Henri Le SIDANER a transformées en un magnifique jardin que l’on peut apercevoir depuis les remparts. La visite prend fin par la présentation, sur catalogue, de nombreuses œuvres réalisées par le peintre dont certaines sont exposées dans notre musée de Douai
Malgré notre désir de prolonger notre visite,  en continuant à flâner dans ces lieux  si propices à la détente, il nous fallait malheureusement songer au retour. Vers 17 H., chacun, avec regret, reprit donc place dans le car et à 19 H. précises, nous retrouvions la place du Barlet  ainsi que nos voitures avec la satisfaction d’avoir passé une excellente et très intéressante journée.

 

                                                                                                                 Annie Sellier   

 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu